Quelle horreur !

Quelle horreur !

Quelques moments embarrassants qui se succèdent de jour en jour

Chez Tradition Mexica, nous aimons partager la culture Mexicaine avec tous ceux qui s’approchent de notre stand, afin de faire découvrir les qualités du pays à ceux qui n’ont pas eu l’opportunité d’y aller, et répondre aux questions des plus curieux. 

Au cours de cette année, nous avons pu rencontrer des personnes de tous types sur les marchés : de ceux qui sont toujours aimables et agréables, prenant le temps de nous saluer et papoter avec nous, jusqu’aux moins sympathiques qui donnent l’impression d’être dérangés par nos “bonjour”. 

C’est pour cela que chez Tradition Mexica nous avons décidé, afin de dire au revoir à cette année si compliquée, de parler des 5 moments les plus… bizarres? que nous avons pu vivre en cette première année.

5)     Bonjour !

Nous adorons rencontrer des personnes de tout horizons qui s’approchent afin de découvrir (qu’elles achètent ou non) ce que nous offrons, nous aimons quand elles s’approchent afin de nous raconter leurs aventures au Mexique ou en Amérique Latine, et c’est pour cela que nous avons pris l’habitude de saluer tout le monde. Mais beaucoup de gens, peut-être à cause de leur rythme de vie ou seulement par manque d’habitude, nous tournent le dos et s’enfuient quand nous les saluons.

Si un jour vous nous rencontrez sur le marché, ne nous brisez pas nos petits coeurs, vous aussi vous pouvez nous saluer, que vous vouliez acheter quelque chose ou non, les bonnes manières ne font de mal à personne !

4)     “Je ne met pas de fringues du siècle dernier !”

Constamment, quand nous faisons du shopping, nous avons tendance à commenter les offres qui existent sur le marché, c’est pour cela qu’il n’est pas rare d’entendre les commentaires de personnes qui n’achètent pas car elles n’aiment pas, ou parce que ça ne leur va pas, ou encore parce qu’elles ne trouvent pas ce qu’elles veulent. Nous pensons que tout commentaire est le bienvenu afin de nous améliorer, mais il existe des commentaires plus élaborés que d’autres, et c’est pour cela qu’une fois, quand des personnes nous on dit qu’elles ne nous achèteraient pas car nos produits appartenait au siècle dernier, nous n’avons pu que pleurer, comme on pleurait en 1920.

Il faut garder à l’esprit que la plus part de nos articles sont de l’artisanat élaboré par des familles qui appartiennent à différentes ethnies du Mexique, et c’est donc pour cette raison qu’elles fabriquent ce genre de vêtements depuis plusieurs siècles, et représentent orgueilleusement le savoir ancestral au Mexique qui se transmet de génération en génération et qui a survécu jusqu’à nos jours. 

3) “Il font la même chose dans mon pays !”

Ce commentaire est de ceux que nous pouvons entendre de manière incroyablement fréquente. Ces personnes voient l’artisanat mexicain comme presque identique à celui de leur pays d’origine; on nous a même amené des tenues typiques d’un certain pays qui étaient “identiques” à la nôtre ( alors que honnêtement, nous n’avons pas pu observer la dite similitude).

L’explication que nous avons conclu par rapport à ce genre de commentaire est que l’un des premiers éléments représenté dans n’importe quelle culture est la Nature. C’est donc pour cela, que si vous êtes originaire de France, d’Europe de l’Est, de l’Afrique du Nord, d’Amérique ou d’une autre partie du monde, c’est presque avec certitude que dans votre pays il existe quelque sorte d’élément culturel qui exprime la Nature à travers les fleurs ou les animaux.

Au final, l’artisanat (et encore plus l’artisanat ancestral) est la façon la plus simple de reproduire ce qui nous entour.

2)     “Noi je ne vais pas au Mexique parce que c’est un pays pauvre”

La curiosité fait que souvent, des gens qui n’auraient jamais pensé aller au Mexique s’approchent pour découvrir nos produits, attirés spécialement par les couleurs de notre stand. C’est pour cela que ce n’est pas rare pour nous de rencontrer des personnes qui ignorent tout de ce qui existe ou non au Mexique.

Il est très probable que beaucoup de personnes considèrent la République du Mexique comme étant un pays à la pauvreté extrême. Bien que, tristement, il existe énormément d’inégalités, la réalité est qu’il y a une palette très large de personnes avec des revenus et des dépenses aussi diverses et variés que l’on peut l’imaginer. Il est fort probable que cette personne, en faisant ce commentaire, pensait que la population mourrait de faim, mais elle aurait peut-être du visiter le pays afin de se rendre compte que tout n’est pas noir ou blanc.

1)     “Il y a la télé au Mexique?”

Une des chose les plus communes à laquelle nous avons du faire face sur les marchés est la désinformation ou l’information à travers la télévision de beaucoup de personnes. C’est probablement de la que sont originaires beaucoup de stéréotypes sur le Mexique qui persistent encore aujourd’hui. Pourtant, il nous parrait toujours aussi étrange et amusant à la fois d’entendre des questions et commentaires issus de cette désinformation. Et c’est comme cela qu’un matin, une personne s’est approchée de notre stand afin de s’informer sur nos produits et ce que nous faisions. Tout se passait normalement jusqu’à ce qu’elle nous pose la question du jour (et certaienement celle de l’année) : “il y a la télé au Mexique?”

Nous ne savons pas vraiment ce que cette personne pensait ou si c’était seulement le résultat d’un moment d’égarement, mais la réponse, au cas où vous ne le sauriez pas : oui, au Mexique comme probablement dans tous les pays du monde, il y a la télévision et l’éléctricité. Si la télévision n’y existait pas, d’où pensez vous que les (tristement célèbres) télénovelas mexicaines comme “Rubi” auraient été créé ?

Et vous, qu’en pensez vous? Quel genre de commentaire avez vous entendu ou quel genre de moments gênants avez vous vécu dans votre année 2020?

Chez Tradition Mexica, nous voulons dire aurevoir à l’année 2020 avec pour seuls mots : MERCI POUR VOTRE CONFIANCE ! et nous espérons que 2021 sera meilleur pour tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *